Rechercher
  • Coparentalité Responsable

Abus au foyer de Mancy - élargissons la réflexion !



Un réel changement n'aboutira, pour tous les enfants en foyer et quelle que soit la raison de leur placement, que lorsque chaque institution opérera de manière transparente et, en deçà, lorsque les HES qui forment les éducateurs et les intervenants sociaux encourageront la pratique de l'esprit critique chez leurs étudiants, y compris à l'égard des structures qui les forment.


A l'heure actuelle, en cas de signalement, la première réaction d'une institution est souvent de nier, aussi longtemps que possible, qu'il y ait des dysfonctionnements.


Gangrenées par les ambitions personnelles, souvent politiques et toujours subséquemment économiques des personnes qui les encadrent, beaucoup parmi nos institutions sociales d'hébergement - quel que soit l'âge des bénéficiaires - souffrent de ce qu'on pourrait nommer un "syndrome d'auto- surévaluation chronique" de leurs performances.


Quant à la communication verticale et hiérarchisée services sociaux - foyers, autorités judiciaires - foyers, elle aurait tout intérêt à s'horizontaliser et à devenir bidirectionnelle.


Combien d'éducateurs manifestent-ils leur désarroi et leur incompréhension face à des placements d'urgence ou à des protocoles d'intervention dont ils ne parviennent ni à comprendre ni à approuver les raisons !


Sociétalement parlant, nous craignons tellement le chaos que nous formatons, déjà lors de leurs études, les esprits jeunes et moins jeunes, de telle manière à en faire d'abord des exécutants dociles.


Qu'advient-il alors du savoir et de nos compétences, lorsque, sur le terrain, ceux-ci sont sacrifiés pour préserver l'hypersensibilité à la critique, qui se transforme en déni, de nos lieux d'hébergement sociaux et éducatifs ???

21 vues0 commentaire