top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCoparentalité Responsable

Paternité



Il est loin le temps où on pensait que la mère était plus importante que le père dans le développement de l’enfant.

Enfin, il est loin le temps où les scientifiques le pensaient. Quant à la société et à nos mentalités, elles n’ont pas progressé au rythme de nos découvertes et de nos « preuves » en ce domaine, preuves nécessaires tant que l’observation ne suffit pas.

Les nouvelles théories de l’attachement – plus si nouvelles que cela, d’ailleurs ! -  montrent que le père est, lui aussi, une figure d’attachement nécessaire au bon développement de l’enfant. Il l’est, quand on lui laisse sa place, quand on lui laisse du temps passé avec l’enfant, et il l’est encore mieux quand on valorise ses compétences, son amour parental, paternel, pour son enfant.

Tant qu’il n’y aura pas de fête des parents, de même qu’on fête les mères le 2ème dimanche de mai, on continuera à fêter, en Romandie, les pères le 1er dimanche de juin.

Car c’est leur fête, aujourd’hui.

Notre société a besoin des hommes, pas seulement de travailleurs, de protecteurs et de pourvoyeurs de fonds, mais de pères ouverts et à l’aise dans l’expression de leurs émotions, de papas qui câlinent et racontent des histoires, de papas qui font des bisous et qui mettent des limites, enfin de la partie de la société tout aussi essentielle que celle féminine pour que les enfants grandissent au mieux. Agissons tous pour que ce soit possible !

A tous les papas aimants, engagés, vaillants, dont l’enfant est la prunelle des yeux, à ceux qui prennent leur place et la laissent aussi à l’autre, à la maman, nous, le Mouvement Suisse pour la Coparentalité Responsable, on vous dit :

 

BONNE FETE DES PAPAS !

 

En espérant qu’elle soit joyeuse, et pas solitaire, et en étant de tout cœur avec ceux pour lesquels elle ne l’est pas.


11 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page